Prendre part au prochain Paris-Brest-Paris est un rêve de longue, de très longue date. C ‘est espérer participer à la plus célèbre randonnée longue distance. C’est aussi et surtout mettre mes rêves, mes espoirs, mes envies de poésie, et bien évidemment mes doutes au service d’un projet impossible.

Parce qu’il faut bien le dire, parcourir1236 km en maximum 90 heures, ça me paraît absolument impossible ; Qui plus-est avec mon vélo adapté et mon corps souvent inadapté.

Oui mais j’ai vu !

Rêver un impossible rêve

Brûler d’une possible fièvre

Partir ou personne ne part.

Tenter sans force et sans armure

D’atteindre l’inaccessible étoile. »

Jacques Brel : La Quête

En 2015, j’ai vu ces 6000 fous roulants et fous chantants partir la fleur au fusil à la conquête de leur rêve. J’ai vu la lumière briller au fond de leurs yeux ; j’ai vu leurs sourires ; la si belle complicité entre ceux qui partent et leurs indispensables suiveurs. J’ai vu l’entraide sur le bord de la route. Un sourire, un regard, même une tape dans le dos est parfois suffisante pour redonner confiance à ces forçats de la route.

Paris-Brest-Paris c’est bien plus qu’une randonnée… C’est une véritable aventure humaine au sens noble. De belles valeurs humaines au service d’un rêve inutile et inaccessible, qui pourtant apporte tellement.

J’ai ancrée au fond de moi, une profonde envie que cet impossible rêve devienne réalité.

Olivia.

I had a dream...

Voilà déjà plusieurs années que j’ai Paris-Brest—Paris dans un coin de la tête. Comme un rêve lointain qui vient parfois me titiller, j’ai toujours espéré pouvoir un jour participer à cette grande fête du vélo , sans vraiment y croire , sans vraiment prendre tout ça au sérieux. Parce que quand même… Il s’agit de rouler 1236 km en 90 heures ! Partir de Paris, rejoindre Brest pour revenir à Paris en compagnie de 6000 autres passionnés de vélo !

En suis-je vraiment capable ? Très sincèrement je n’en sais rien ! Qui peut vraiment croire qu’il pourra rouler 4 jours et 4 nuits de suite pour faire un « petit aller-retour » Paris-Brest ? 

Tous les 4 ans, ils sont 6000 passionnés à tenter l’aventure ! Tous les 4 ans, ils partent le sourire aux lèvres et le bonheur en bandoulière ! J’ai été le témoin privilégié  de cette grande fête en aout 2015, lorsque j’ai fait l’assistance pour Yves. Cette fois c’est sûr, la prochaine fois, j’y serai à vélo !

La passion, les rencontres, ces sourires partagés, ces regards échangés, parfois sans un mot, qui permettent à ces forçats de la route de retrouver un peu d’énergie. J’aime vivre des émotions fortes ! La relative « banalité » du quotidien me fait parfois un peu peur. J’aime les émotions à fleur de peau ; le bonheur au bord des larmes. Même si parfois ça fait mal. Bien sûr, ça va faire mal. On ne roule pas impunément 1236 kilomètres à vélo !

Dans un monde où tout est trop facilement accessible ; où il suffit souvent de payer pour des sensations fortes à la demi-journée, l’objectif Paris-Brest-Paris, me permet de remettre l’église au milieu du village. C’est une petite leçon d’humilité dont j’ai besoin pour me souvenir de la vraie valeur des choses. Oui, je suis persuadée que l’impossible est possible ! J’ai décidé d’y croire coûte que coûte ! Mais je sais aussi que croire en ses rêves, c’est du travail ! Du travail au quotidien. On ne fait pas 1236 kilomètres par hasard !

Il faut y mettre du coeur ! De l’envie ! De l’enthousiasme ! Il faut savoir se relever… toujours. Ne croyez pas que c’est facile. Il faut savoir surmonter les périodes de doute, de désillusion, de démotivation. Ce serait parfois si simple de baisser les bras. Mais mon rêve est plus fort ! Je veux croire que c’est possible. Encore.

Aujourd’hui, à J- 2 ans, toute ma vie est tournée vers cet unique objectif : Paris-Brest-Paris 2019 ! Avec Yves, nous venons de participer aux 24h vélo du circuit Paul Ricard au Castellet , pour le plaisir bien sûr. Le plaisir de partager une nouvelle belle expérience à deux et avec tous ces autres passionnés qui trouvent autant de bonheur que nous à tourner en rond pendant 24 heures sur un circuit de 5.8 kilomètres. Ca peut paraître stupide ? Mais comme c’était bien !

Bien sûr, nous avions Paris-Brest-Paris dans la tête et un objectif sportif à atteindre sur ces 24 heures. C’était un premier test. Nous l’avons atteint en parcourant 504.6 kilomètres en duo. Nous voilà revigorés et pleins d’une énergie nouvelle ! Dans 10 jours, nous partons sur les routes jurassiennes pour un 200 kilomètres entre amis !

Vous ai-je parlé du travail qu’il y a à faire sur soi en parallèle ? Hygiène de vie, hygiène alimentaire, travail musculaire, kiné, ostéopathe,  travail sur le mental… Et l’IMC, on en parle ? Mon handicap est toujours là, et il est fourbe, je le sais. Je suis obligée de l’intégrer dans ma préparation ; de faire avec lui, plutôt que contre lui. Je le connais suffisamment bien pour savoir qu’il va me poser certains problèmes sur Paris-Brest-Paris 2019.

Je sais qu’il va me faire perdre du temps. Je suis obligée de le prendre en compte. Plus les kilomètres vont passer, plus je vais avoir de difficultés à me lever du siège de mon super Trike pour aller faire tamponner mon passage aux villes étapes. Je vais avoir de plus en plus de mal à mettre un pied devant l’autre, et je ne vous parle pas des « arrêts pipi ».

J’ai fait plus de 2500 kilomètres sur mon trike Ice avant d’enfin trouver les clés pour le faire avancer correctement. Tous les deux, nous avons eu des débuts difficiles. J’ai bien failli ne plus y croire et le jeter dans le ravin. Mais avec le temps, nous nous sommes apprivoisés, nous nous sommes réglés l’un à l’autre et aujourd’hui, des ciels plus bleus s’ouvrent devant nous. Et puis, nous savons que nous avons besoin l’un de l’autre. Je n’y arriverai qu’avec lui (ou avec un pilote tandem…avis aux amateurs !)

Avec ses trois roues, il me permet d’évincer les problèmes d’équilibre livrés avec le syndrome de Little dont je souffre. Il est beau, profilé, conçu pour aller vite ! Le seul souci qu’il va me poser c’est lorsque je vais devoir me lever de mon siège ou me rasseoir. Ca promet quelques scènes comiques… Peut-être me faudra-t-il une assistance spécialement dédiée à m’aider à me lever et à m’asseoir ? Au moins sur les villes étapes… Voilà encore une chose à laquelle il faut que je réfléchisse…

Bref… Les défis à venir sont nombreux dans les deux ans à venir ! Tout ça dans un seul objectif : participer à PBP2019 ! Et croire encore et toujours que l’impossible est possible ! Au delà des doutes et des douleurs, il n’est pas interdit de croire en soi !

À suivre…

Nous soutenir

Vous souhaitez nous soutenir financièrement ou matériellement dans nos voyages. C’est ici ! Pour notre prochain voyage en Sibérie (départ prévu en Décembre 2017), nous sommes à la recherche d’équipementiers, sponsors et aide pour l’assistance. Tous les soutiens sont les bienvenus ! Faites partie avec nous de la grande aventure Never Never !

Contactez-nous